BILLET D'EXPERT

SIGNATURE ÉLECTRONIQUE :
LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DES PROCESSUS DE RELATIONS CLIENTS ET FOURNISSEURS RENFORCE LE BESOIN DE DISPOSITIFS DE CONSENTEMENT ÉLECTRONIQUES

Depuis le 1er juillet 2016, les derniers obstacles juridiques à la mise en œuvre de la souscription électronique sont levés. Reste aux entreprises à s’approprier ces nouveaux moyens, par une analyse approfondie des processus métier, et en évitant de réduire la souscription électronique au seul acte technico-juridique de la signature.

      



Formulaire
(Merci de nous indiquer le résultat afin de nous certifier que vous n'êtes pas un robot)

Conformément à l'article 27 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, les champs d'information que vous remplissez sont nécessaires à l'enregistrement et au traitement de votre demande. Nous ne les transmettrons pas à des tiers.

ÉVITER LA CONFUSION
Promulgué en 2014, le nouveau règlement européen eIDAS (pour IDentité, Authentification et Signature électroniques) sur l’identification électronique et les services de confiance numérique est entré en application au 1er juillet. En imposant aux états membres de l’Union un cadre juridique commun pour l’identification et la signature électroniques, il lève, en théorie, le frein le plus important à la généralisation de la souscription électronique à valeur probatoire.
      
Cette évolution était attendue avec impatience par les entreprises, selon l’enquête récente menée par DOCAPOST auprès de 150 de ses clients. Qu’elles lui attribuent des vertus en matière de réduction des délais de traitement (28 %) ou qu’elles y voient un moyen d’améliorer leur image et de se démarquer de la concurrence (27 %), toutes les entreprises interrogées expriment sur ce sujet des attentes fortes et stratégiques.

DOCAPOST : Société par actions simplifiée au capital de 69 705 520 euros Siège social : 10-12 avenue Charles de Gaulle 94 220 Charenton le Pont.

poste