BILLET D'EXPERT
VOTE ÉLECTRONIQUE :
La loi "Travail" accélère
la digitalisation des relations sociales
La loi « Travail » permet désormais aux entreprises de recourir au vote électronique sans accord collectif autorisant une telle pratique. En levant ce dernier frein, le texte accélère la digitalisation des relations sociales, dont le vote électronique constitue la première étape. Pour les petites et moyennes structures, tout l’enjeu est de monter rapidement en compétence sur un sujet complexe et déjà mâture.
Image
Formulaire
(Merci de nous indiquer le résultat afin de nous certifier que vous n'êtes pas un robot)
Conformément à l'article 27 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, les champs d'information que vous remplissez sont nécessaires à l'enregistrement et au traitement de votre demande. Nous ne les transmettrons pas à des tiers.
À DROITS NOUVEAUX,
RESPONSABILITÉS NOUVELLES
Depuis 2004, toutes les entreprises de plus de 10 salariés pouvaient recourir au vote électronique pour organiser les élections des délégués du personnel ou des représentants du personnel au comité d’entreprise. Mais il aura fallu attendre 12 ans, et le décret d’application de la loi du 8 août 2016, relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels (n°2016-1088), pour que cette possibilité soit réellement offerte à toutes les catégories d’entreprises.

Quelle que soit la taille de l’entreprise et le nombre de salariés/électeurs concernés, l’organisation d’un scrutin professionnel reste une opération délicate pour le DRH et sensible pour l’image de l’entreprise et ses relations sociales. Aussi le législateur prévoit-il un encadrement relativement strict, imposant notamment aux entreprises d’établir un cahier des charges détaillé du système de vote électronique envisagé..

Image